Archives par mot-clé : DTU 51.2

Parquet sur Chauffage au sol

Le parquet sur chauffage au sol doit respecter les règles de mise en oeuvre fixées par le DTU 51.2 Notre but ici est de fournir des éléments simples et des règles de bon sens pour choisir un parquet compatible sur chauffage au sol même rafraichissant.

Information de base

Les parquets sont fabriqués pour des variations d’hygrométrie de l’air de la pièce où ils sont installés entre 45 % et 65 % à 20°C. Si l’air devient trop sec < 45% le bois perd de l’humidité, il y a un risque de fentes en surface, si l’air devient trop humide > 65% le bois reprend de l’humidité, il gonfle. En général, il gonfle plus fort en largeur, c’est pour cela que nous laissons un jeu de dilatation périphérique.

Gestion du chauffage au sol

Le bois n’aime pas les variations d’hygrométrie brutales, il est important d’avoir des montées en température du chauffage au sol progressives, régulées de façon à ce que les échanges puissent se faire progressivement. (éléments fixés dans le DTU).

Epaisseur du parquet inférieure à 15/16 mm

Le bois est un matériau isolant. Il faut un peu plus de temps au parquet pour transmettre la chaleur à la pièce par rapport à un carrelage. Le parquet a une certaine inertie, il emmagasine l’énergie avant de la diffuser alors que dans le cas du carrelage l’énergie traverse. Comme tous les isolants plus vous serez sur une épaisseur de parquet faible plus le transfert de chaleur rapide. ( cela se mesure c’est un fait mais pas sûr que cela se ressente au quotidien).

Parquet contre-collé plutôt que parquet massif mais pas incompatible

Pour le parquet contre-collé, nous parlons bien de parquet avec une couche de bois de 2,5 mm minimum en surface, pas de stratifié. Le parquet contre-collé et le parquet massif sont tous deux compatibles sur chauffage au sol, simplement la structure du parquet contre-collé est plus stable. Le parquet contre-collé est composé 3 couches de bois le dessus en chêne par exemple (parement) , la couche du milieu (souvent des lamelles de bois perpendiculaires à la couche du dessus, mais aussi du panneau MDF ou HDF ou du contre-plaqué etc..) et la couche du dessous généralement un placage résineux type sapin. Cette structure est très stable comparée à un parquet massif ou nous avons une seul lame en chêne par exemple ou c’est toute la pièce qui perd ou qui prends de l’humidité. Avec l’humidité, un parquet massif varie plus dimensionnellement qu’un parquet contre-collé. Tout dépend de l’effet rechercher au final.

Parquet contre-collé couche du milieu contre-plaqué plutôt que les autres

Le panneau contre-plaqué en couche du milieu garanti la résistante et la stabilité. Les autres produits sont tout à fait compatibles aussi pas de problèmes mais les caractéristiques sont différentes. La couche du milieu lattée est la seconde meilleure alternative pour sa stabilité. La couche du milieu en panneau de fibre MDF ou HDF généralement utilisée dans le stratifé est un très bon produit cependant c’est un produit trop homogène. Ces panneaux sont constitués de fibres de bois uniquement. A l’assemblage entre deux lames, lorsque l’humidité arrive au niveau du panneau chaque fibre absorbe cette humidité et gonfle pouvant créer un effet de tuilage comme on peut le voir sur les revêtements de sols de certains magasins qui ont utilisé du stratifié.

Parquet finition vernie plutôt que huilée

L’huile est tout à fait compatible avec un chauffage au sol. Simplement les vernis appliqués en usine sont appliqués en plusieurs couches où chacune à un rôle soit faciliter les déformations du bois, soit les échanges, soit la résistance aux chocs ou au passage etc… L’huile a tendance à partir avec le frottement du passage alors que les vernis restent. Un vernis permet de limiter les risque lors de variations d’hygrométries brutales alors qu’un parquet huilé se comportera comme un parquet brut les échanges sont directs.

Pose collée plutôt que flottante

Le DTU parquet impose le collage du parquet au sol sur sol chauffant. Pour le massif c’est indiscutable, pour le parquet contre-collé, de nombreux pays notamment scandinaves posent flottant même sur chauffage au sol. Le DTU reste la règle en cas de litige.